The Lebanese Center for Human Rights (CLDH) is a local non-profit, non-partisan Lebanese human rights organization in Beirut that was established by the Franco-Lebanese Movement SOLIDA (Support for Lebanese Detained Arbitrarily) in 2006. SOLIDA has been active since 1996 in the struggle against arbitrary detention, enforced disappearance and the impunity of those perpetrating gross human violations.

Search This Blog

December 31, 2011

The Daily Star - Rallies, blood drives in Lebanon to aid Syria refugees, December 31st 2011

TRIPOLI, Lebanon: Hundreds of protesters hit the streets in north Lebanon Friday to support the Syrian revolt against Bashar al-Assad, organizing blood drives and marching towards the volatile border.
Some 500 Lebanese and Syrians rallied near a border crossing in the Lebanese district of Wadi Khaled, which straddles the Syrian border, amid tight security.
Around 500 others, mainly Islamists, staged a sit-in in the northern port city of Tripoli, which has witnessed clashes between Sunnis and minority Alawite Muslims loyal to the Assad family.
Student activists across Tripoli also set up a handful of tents to host blood drives and gather donations to aid injured Syrian refugees who have regularly crossed into Lebanon in recent weeks to seek medical care.
"We began this campaign after it became clear that the Lebanese government and the institutions that should be concerned with this cause were not doing their job," said Mohammed Taha, a Lebanese student who was helping set up the makeshift donation centres.
"All the money we gather here will be donated to Syrian refugees in Lebanon, and only to these refugees."
Ahmed Moussa, another student activist in Tripoli, said the grassroots campaign to aid refugees had begun weeks ago.
"We started by setting up donation booths outside mosques after Friday prayers and distributing discs documenting human rights violations in Syria to passers-by for free," Moussa told AFP.
Thousands of Syrian refugees have fled to Lebanon as the state cracks down on a popular revolt against the Assad regime, now in its tenth month.
But many say they do not feel safe in Lebanon where Shiite militant group Hezbollah, a staunch ally of Assad, dominates the government.
The Syrian army last month laced the Lebanese border with landmines in a bid to curb arms smuggling and hampering army defectors and refugees from fleeing.
Syrian troops have also staged deadly incursions into border villages in neighboring Lebanon.
The United Nations estimate earlier this month that more than 5,000 people have been killed in the crackdown since protests against the Assad regime began in mid-March.

The Daily Star - Campaigns seek to deter drinking and driving, December 31st 2011

By Olivia Alabaster
BEIRUT: Charities are warning young Lebanese not to drink and drive over New Year’s, a period often marked by a sharp increase in road accidents.
Two nongovernmental organizations, Skoun and Kunhadi, are running campaigns over the festive season to discourage drinking and driving.
Kunhadi, the youth road safety charity, set up by the friends and family of a young man who died in an accident, has launched a poster and TV ad campaign, which features the message, “On New Year’s Eve, the countdown for your parents is much longer. Take a cab.”
The emotive video shows a worried mother waiting at home for her child as the minutes tick slowly by, the implication being that her son or daughter, not having waited for a cab, is never coming home.
The message of the organization, as stated on its website, is that “drink driving should be regarded as socially unacceptable, we need to change people’s attitudes to speeding, driving while fatigued and not wearing seat belts.”
Lebanon has a very high rate of road traffic accidents, with nearly 11,000 in 2010 and already over 10,100 recorded this year, according to Kunhadi. The NGO’s latest New Year’s Eve statistics, from 2008, show that there were 25 accidents that evening, accounting for 35 casualties Eleven were drink-driving related.
The campaign run by drugs awareness NGO Skoun has involved distributing information on drink driving to 40 different bars in Hamra, Gemmayzeh and Monnot in Beirut, with a poster on the front door and bathroom doors of each establishment.
Under the slogan, “Do drink but don’t drive: be safe this holiday season,” Skoun’s campaign acknowledges that many young Lebanese will choose to drink over the weekend, but urges them to exercise restraint, either by limiting their intake, designating a driver among friends or taking a cab home.
Raya Haidar, youth coordinator in the prevention department at Skoun, said that the NGO launched a holiday campaign as “we know people tend to drink more excessively, and more frequently” during this time of year.
In a news conference Friday, Interior Minister Marwan Charbel also mentioned the issue, warning against drink driving ahead of the New Year.
He also said that, in an effort to slow drivers down this weekend, additional checkpoints were being set up at various points around the country.

The Daily Star - Activists hold solidarity gathering, condemn attack on Tyre restaurant, December 31st 2011

By Mohammed Zaatari
TYRE, Lebanon: Activists, unions, civil society groups and politicians gathered Friday at the Tyre restaurant that was bombed earlier this week to condemn the attack.
At the Tyros restaurant gathering, Nasser Farram, deputy head of Tyre’s Cultural Forum, read a statement in the name of those present in which he condemned the “criminal explosion that aimed [both] at terrorizing the owners of tourist institutions and restaurants and at forcing them through repression – and not guidance – to follow the conceptions of criminals and those behind them of what is allowed and what is banned.”
No casualties have been reported from the Wednesday explosion at the Tyros, which is meters from the Queen Elissa Hotel, which along with a wholesale liquor store, was the target of a similar attack last month that appeared to be related to the sale of alcohol. Tyros’ owner Zuheir Aranaout, who was the only representative of Tyre’s tourism sector at the Wednesday meeting, has repaired the damage to his restaurant and told The Daily Star that it will host a planned New Year’s Eve Party.
No suspect has been arrested in any of the three bombings, and Farram’s statement denounced this. The statement also called on those not present “not to get confused between the understandable and legitimate religious convictions of some and the process of enforcing these convictions through terror.”
Speaking to The Daily Star, Farram attacked Hezbollah without explicitly naming the party, saying that “two years ago a traditional Brazilian band was banned from performing a dance show in Tyre, despite the municipality’s original approval, because of heavy pressure put on the former municipal council.”
“Today it starts with alcohol, tomorrow [forcing women to wear] veils, and later banning music and going to the beach,” Farram said. “We defend freedom and we do not need anyone to give us morality lessons. The duty of the religious man is to convince the drinker that alcohol harms him, but no one can ban another from drinking.”
Ghassan Farran, head of Tyre’s Literature and Thought Forum said that “what is taking place here sends a wrong message to society ... We reject this manner of expression. It is barbaric and targets social, economic and cultural structures by violating human rights.”
Among the political figures in attendance were Mohammad Safieddine of the Syrian National Socialist Party and Ali Jamal of the Lebanese Communist Party. Safeiddine called for an increased number of security forces and patrols, and Jamal said “we reject a method that completely contradicts the freedoms protected by Lebanese law.”

December 30, 2011

The Daily Star - Protesters' approach to U.S. Embassy blocked, December 30th 2011

BEIRUT: Around 250 demonstrators staged a sit-in Friday on the approach to the U.S. Embassy in Beirut to celebrate the recent U.S. withdrawal from Iraq amid strict security measures.
Lebanese security forces blocked roads leading to the embassy in Awkar, north of Beirut, to prevent demonstrators from reaching the facility.
Security was also tight around the U.S. Embassy itself, witnesses said.
Security sources said dozens of policemen and Lebanese Army personnel manned road intersections leading to the embassy.
A 1-kilometer radious around the embassy had also been closed to traffic in an attempt to curb any possible riot, according to the sources.
The protestors, however, marched peacefully from Dbayeh, where they had gathered, to Awkar, about 1 kilometer away, the sources added.
The Socialist Arab Lebanon Vanguard Party, headed by former Tripoli MP Abdul Majid al-Rafei, had issued a statement saying it planned to stage a two-hour sit-in outside the U.S. Embassy between 1 and 3 p.m. Friday.

L'orient le jour - Deux Libanais sanctionnés par les USA pour trafic international de drogue, December 30th 2011

Les États-Unis ont annoncé hier des sanctions contre deux Libanais installés au Panama, pays depuis lequel ils mènent selon Washington un trafic de drogue international « en lien avec des cartels de la drogue mexicains et colombiens ».
Les deux hommes visés, qui ont également la nationalité colombienne, s’appellent Jorge Fadlallah Cheaitelly (51 ans) et Mohammad Zouheir el-Khansa (40 ans). Ils dirigent un réseau « qui s’étend sur toute la planète, couvrant le continent américain, le Proche-Orient et Hong Kong », a affirmé le département du Trésor dans un communiqué.
Les sanctions consistent à saisir les avoirs qu’ils pourraient posséder sur le sol américain et à interdire à tout ressortissant américain de commercer avec eux. Sont frappés des mêmes sanctions neuf de leurs proches et vingt-huit entreprises que les deux hommes et leur entourage possèdent au Panama, dont un restaurant de Panama City appelé Café du Liban, mais aussi en Colombie et à Hong Kong.
« Ces criminels et les entités qu’ils contrôlent travaillent dans l’ombre, employant des moyens sophistiqués et diverses sociétés écrans pour blanchir le produit du trafic de drogue dans le monde entier », a affirmé la directrice de l’Agence de lutte contre le trafic de stupéfiants (DEA), Michele Leonhart, citée dans un communiqué.

L'orient le jour - Droits économiques des femmes : un paramètre complexe et souvent méconnu, December 30th 2011

En ce temps de révolutions arabes, des voix s’élèvent en faveur des droits de la femme, exprimant tour à tour l’espoir et la crainte. Mais les débats abordent rarement cet oublié des mouvements de revendication : le droit économique.
Un homme est examiné par un médecin membre de l’organisation Oxfam. Celui-ci, pour mieux cerner son quotidien, lui demande ce que fait sa femme dans la vie. « Rien », répond le patient. « Pouvez-vous me décrire ses activités quotidiennes ? » demande le spécialiste. Et l’homme, un agriculteur, d’énumérer un nombre impressionnant d’activités : elle se lève à cinq heures pour habiller les enfants pour l’école et préparer le petit déjeuner, puis emmène les enfants à l’école, se rend au marché pour vendre la marchandise de son mari, revient à la maison pour préparer le déjeuner et le porter à son mari jusqu’aux champs, à plusieurs kilomètres du domicile, travaille la terre durant tout l’après-midi, alors que son mari se détend avec ses amis au café. Ensuite, elle revient le soir chez elle pour préparer le dîner, faire coucher les enfants, nettoyer la maison... On en a le souffle coupé. Mais quand le médecin réitère la question à son patient sur le « travail » de sa femme, celui-ci répète, imperturbable : « Elle ne fait rien. »
Ceci n’est pas une fiction. La méconnaissance de la contribution de la femme à la vie économique reste malheureusement courante dans les pays arabes : l’épouse, taxée de « femme au foyer » dans cette histoire, exerce en fait quelque quinze emplois, sans que son entourage le reconnaisse.
L’exemple ci-dessus, bien réel, a été soumis à des journalistes arabes lors d’une formation organisée récemment en Tunisie par le Centre de la femme arabe pour la formation et la recherche (Cawtar), en collaboration avec Oxfam Québec. Dans ce pays qui vit une époque fascinante et mouvementée d’après-révolution, les droits économiques et la reconnaissance de la contribution de la femme à la vie économique ont fait l’objet d’un débat qui s’est focalisé sur une lecture des concepts économiques suivant la grille du genre. Un budget national, apprend-on, est davantage favorable au développement de la condition des femmes au travail quand il se base sur des concepts d’équité et de durabilité, au bénéfice de tous. Ainsi, le travail domestique des femmes devrait être comptabilisé parce qu’il représente un poids pour l’économie.
Les droits économiques ont-ils été choisis pour cette formation parce qu’ils sont au centre de la question plus globale des droits des femmes ?
Pas du tout, répond Atidel Mejbri, directrice de formation à Cawtar. « Les droits des femmes sont indivisibles, affirme-t-elle lors d’une interview accordée à L’Orient-Le Jour et notre confrère as-Safir (qui participaient à la formation à l’initiative du CRTDA). Nous insistons sur les droits économiques parce que les réformes ont jusque-là surtout favorisé les droits politiques et le statut personnel. Or il faut mettre en place un mécanisme qui permette de surveiller la condition de la femme au travail, comme l’égalité des salaires par exemple. »
Interrogée sur les difficultés rencontrées dans les pays arabes, Atidel Mejbri cite les lois qui restent discriminatoires, la nécessité de créer un environnement propice (par la mise en place de crèches sur le lieu du travail, par exemple), les obstacles liés aux politiques générales et au regard social porté sur les femmes actives, etc. « La question est loin d’être négligeable. En Égypte, par exemple, 25% des foyers ont pour principal pourvoyeur de fonds une femme ! » dit-elle.
Elle pense que souvent les médias et la presse n’ont pas rempli leur rôle à ce niveau, n’ayant pas su s’éloigner d’une « série de clichés hérités du passé jusqu’à se transformer en vérités, ce qui rend très difficile de faire progresser les mentalités ». « Les médias ont négligé de refléter une image plurielle de la société et promouvoir une réelle participation de la femme dans la vie active, ajoute-t-elle. Non seulement ils ne montrent pas la véritable image de la femme, mais ils la défigurent souvent. À titre d’exemple, une certaine presse réservée aux femmes a-t-elle encore une raison d’exister ? »
Atidel Mejbri cite l’exemple très courant des portraits de femmes de carrière, conçus de façon à les montrer comme des exceptions. « Il y a cette question que l’on pose invariablement aux femmes et si peu aux hommes : comment faites-vous l’équilibre entre votre carrière et votre vie de famille ? poursuit-elle. Ce sont de petits détails qui échappent à l’attention de la plupart, mais qui n’en ont pas moins un impact profond sur l’opinion. »

Privilégier le concept de développement
Comment concevoir des politiques qui assurent les droits économiques des femmes ? Adib Nehmé, expert à l’Escwa et formateur dans le cadre de la session de Cawtar, met en garde contre les approches qui prétendent améliorer les capacités économiques des femmes sans prendre en compte le contexte économique général. « Elles sont vouées à l’échec », assure-t-il.
« C’est comme pour les politiques de lutte contre la pauvreté : si l’on perçoit les catégories vivant sous le seuil de pauvreté comme un groupe à part, on ne peut concevoir une politique réussie, dit-il. Proposer des politiques dirigées vers une seule catégorie de personnes est une grande erreur. En fait, nous ne pouvons parler d’amélioration des capacités économiques des femmes au sein d’une économie qui ne privilégie pas le concept de développement. »
Adib Nehmé donne l’exemple d’une mesure à impact ciblé dont il est souvent question pour les femmes : les microcrédits. « La production est un cycle complet, qui va de l’octroi du crédit à la mise en place du projet, à la commercialisation du produit, explique-t-il. Si l’écoulement de ces produits n’est pas possible parce que le marché n’en a nul besoin, les microcrédits ne donneront pas de résultat. La mise en capacité doit faire partie soit d’un plan local de développement, soit d’un plan sectoriel. Ce n’est qu’à partir de ce moment qu’il sera possible d’inclure tous ces petits projets dans des secteurs qui fonctionnent. »
L’expert déplore toutefois que « cette approche ne soit pas du tout adoptée dans les pays arabes en général, et au Liban en particulier », ajoutant que « l’amélioration des capacités des femmes devient souvent synonyme d’une simple distribution d’aides ».
Par quels moyens, alors, assurer cette amélioration, notamment au Liban ? « Dans ce pays, il suffirait de quelques modifications dans les lois de commerce, de la famille, des formalités financières, des conditions d’obtention de prêts, estime Adib Nehmé. Il y a des fonds et des dépôts substantiels dans les banques libanaises. Nous n’avons pas besoin que des organisations internationales consacrent des budgets pour des prêts aux femmes. Avec des modifications de lois, les prêts seront accessibles aux personnes qui en ont besoin. Si vous prenez le bulletin de la Banque du Liban, vous constaterez que les prêts de moins de 5 000 dollars représentent un demi pour cent des prêts octroyés. Quelque 200 à 300 personnes profitent de plus de 70% de l’ensemble des prêts. D’où le déséquilibre observé. »
Adib Nehmé évoque un autre point qu’il estime être d’une importance capitale. « Il est indispensable d’annuler certaines législations discriminatoires envers la femme, à l’instar des lois sur la sécurité sociale, affirme-t-il. On doit aussi éviter la discrimination envers les femmes dans la politique de promotion administrative. De telles mesures ne coûtent rien et seront à l’origine d’une amélioration significative de la situation des femmes sur le marché du travail. » Il préconise également un développement de l’agriculture, domaine où la femme rurale est particulièrement active.
« En bref, il faudrait concevoir une politique générale qui prévoira de nombreuses mesures, dont les microcrédits. Il convient aussi de s’éloigner des stéréotypes de métiers réservés aux femmes, comme la confection de nourriture traditionnelle, la couture... Ce genre d’activités ne sort pas la femme de la pauvreté et n’apporte pas de valeur ajoutée à l’économie. Elles peuvent même avoir un impact négatif sur la femme puisqu’elles lui assurent des rentrées bien trop maigres par rapport à l’effort fourni et aux heures de travail.
Une réforme s’impose donc à ce niveau », conclut-il.

L'orient le jour - Moukheiber : Le gouvernement a failli à ses responsabilités dans la gestion des prisons, December 30th 2011

Le rapporteur de la commission parlementaire des Droits de l’homme, Ghassan Moukheiber, a déclaré que le gouvernement a failli à ses responsabilités dans la gestion des prisons et dans la réalisation de la justice. Se prononçant au cours d’une conférence sur « La prison de Tripoli : entre réalité et espoirs », organisée par l’Association caritative libanaise pour la réforme et la réhabilitation au Centre culturel Rachid Karamé à Tripoli, M. Moukheiber a constaté qu’un plus grand intérêt est en train d’être accordé à la question des prisons tant à la commission des Droits de l’homme qu’à celle de l’Administration et de la Justice. Il a, par ailleurs, rappelé qu’il a déjà présenté un rapport de cent pages sur les démarches à suivre à moyen et long terme afin d’améliorer la situation des prisons.
M. Moukheiber a en outre insisté sur les solutions rapides qui doivent être prises pour résoudre certains problèmes, comme le surpeuplement des prisons qui résulte essentiellement « de la négligence de la justice ». Il a fait remarquer dans ce cadre que chaque année quelque « 40 000 personnes sont arrêtées », mais « seules 4 000 sont jugées ». « Il semble que les juges et les parquets ont décidé de ne pas appliquer la loi et estiment que l’arrestation est la règle et la liberté est l’exception, a déploré M. Moukheiber. L’arrestation préventive s’est ainsi transformée d’un outil pour garantir la bonne organisation et gestion des jugements en une sanction en soi. »
Et de conclure en soulignant qu’il a été convenu avec le ministre de la Justice, Chakib Cortbaoui, de discuter sérieusement avec les magistrats de la manière d’appliquer l’article 107 du code de procédure pénale et des conditions de la détention préventive.

L'orient le jour - Les femmes réclament une fois de plus le droit de donner la nationalité à leurs proches, December 30th 2011

Hier, des centaines de manifestants ont participé à un sit-in à Sanayeh, en face du ministère de l’Intérieur, afin de réclamer le droit pour les Libanaises mariées à un étranger de transmettre leur nationalité à leur époux et leurs enfants.
Les militants, quelques 700 selon les organisateurs, sont venus en bus de tout le pays. Certains avec beaucoup de retard, ce qui a diminué le nombre de participants attendus. Ces derniers, encadrés par de très nombreux policiers, ont occupé pendant une heure et demie l’espace en face du ministère. Parmi eux, des femmes de toutes les confessions mais aussi des hommes et des enfants. Il y a quelques semaines, le Conseil des ministres a pris la décision d’accorder aux émigrés la possibilité d’une restitution de la nationalité libanaise. Une fois de plus, les femmes ont été exclues et la décision ne concernait que les hommes. Cela a provoqué la colère des ONG.
Le sit-in était organisé par le CRTD. A (Collectif for Research and Training on Development. Action) dans le cadre de la campagne « Ma nationalité est un droit pour moi et ma famille », et en coopération avec d’autres associations comme Amel ou le Secours populaire.
Le CRTD. À, une ONG féministe basée à Beyrouth qui lutte pour l’égalité des sexes, la citoyenneté, les droits économiques et le leadership, est membre du réseau féministe international Women Learning Partnership (WLP) qui mène la campagne sur la nationalité depuis 2002 dans un grand nombre de pays arabes. Au Liban, la campagne « Ma nationalité est un droit pour moi et ma famille » milite pour l’égalité entre hommes et femmes, et a comme objectif principal de faire pression sur les politiciens et la société afin de réformer la loi pour permettre aux Libanaises de donner la nationalité à leur maris et enfants, et ce sans conditions particulières.
Parmi les innombrables drapeaux libanais, on pouvait lire sur certaines banderoles tenues par des femmes : « Je donne la nationalité en même temps que la vie ». Nombre d’entre elles brandissaient leurs papiers, comme preuve de leur nationalité libanaise et, jusqu’à la fin de la manifestation, des chansons patriotiques ont été diffusées. Durant le sit-in, le Secours populaire, venu pour soutenir la cause des femmes, proposait également aux manifestants de faire des dons de sang.
Selon les études effectuées sur le sujet, environ 18 000 Libanaises sont mariées à des étrangers. Pourtant, la loi libanaise n’autorise pas les femmes à transmettre leur nationalité. En plus de créer une forte inégalité entre hommes et femmes, cette situation enferme les familles dans une situation délicate car, étant considérés comme étrangers, ni les enfants ni l’époux n’ont accès aux services publics et nombre d’emplois leur sont refusés. Si de plus en plus de personnes s’engagent pour lutter contre cette injustice, la majorité de la société n’y est pas encore très réceptive et il a fallu attendre plusieurs années avant que les femmes ne commencent à prendre position. « De leur côté, les politiciens ne font pas non plus preuve de volonté pour soutenir la cause », déplore la directrice exécutive du CRTD. À Lina Abou-Habib, pour qui cette absence d’engagement est liée avant tout à un problème d’éducation dans la société et au chauvinisme des politiciens, d’abord préoccupés par leur intérêt personnel. Pour elle, la situation problématique des Palestiniens mariés à des Libanaises n’est, pour beaucoup de militants, qu’un faux prétexte pour ne pas faire bouger les choses et la création d’un régime spécial pour eux constitue une discrimination de plus. Il est vrai que selon le CRTD. À, seules 1 % des femmes libanaises mariées à des étrangers le sont à des Palestiniens.
La reconduction à son poste de Ziyad Baroud en 2009 au sein du gouvernement de Saad Hariri avait laissé un espoir aux militants pour les droits des femmes, qui a vite été déçu. Aujourd’hui, le mouvement continue et beaucoup d’actions de différents types (colloques, sit-in, conférences de presse) sont menées par un groupe d’associations très actives qui s’entraident, mais l’espoir pour faire évoluer la situation est faible, reconnaît Lina Abou Habib.

Th Daily Star - Ex-deputy speaker backs controversial election law, December 30th 2011

BEIRUT: Former Deputy-Speaker Elie Firzli said Thursday that a draft election law which the Orthodox Gathering had proposed was the “basis” for Lebanon to get out of sectarianism.
Interviewed by a local radio station, Firzli said the proposed election law moves “the struggle between sects to a struggle within each sect.” He said Christian leaders could not reject the proposal because it meets the needs of Christians.
Top Christian officials from the rival camps of March 14 and March 8 reached a rare agreement earlier in December on a proposal by the Orthodox Gathering, of which Firzli is a member.
It calls for a single electoral district, and for each sect electing its own MPs within a proportional representation system. The proposal sparked a controversy, as many said it enhanced sectarian sentiment.

The Daily Star - Bahia Hariri urges better security at refugee camps, December 30th 2011

BEIRUT: Sidon MP Bahia Hariri called on Palestinian factions to bolster security inside Palestinian refugee camps across Lebanon and move away from divisions and strife.
Hariri met Thursday with a delegation from the Alliance of Palestinian Factions and discussed Palestinian political and security affairs, the state-run National News Agency reported.
The delegation stressed the importance of unifying Palestinian efforts with the Lebanese in order to put an end to tension inside the Palestinian camps at the security, social and humanitarian levels.
Hariri welcomed the delegation and praised the efforts of all Palestinian factions in Lebanon and in particular those in Sidon to preserve calm and stability in Ain al-Hilweh and contain any arising disputes.
Hariri added that it is important that the Palestinian reconciliation that took place between Fatah and Hamas movements in Cairo be maintained.

The Daily Star - Activists demand equal citizenship rights for women, December 30th 2011

By Olivia Alabaster
BEIRUT: Several hundred activists met outside the Interior Ministry in Sanayeh Thursday to protest against unequal citizenship rights for women, led by the collective “My nationality is a right for me and my family.”
Lebanese women cannot currently pass their nationality on to their children, and activists have been campaigning against this for years, in July passing a draft law on the issue to Prime Minister Najib Mikati.
However the approval two weeks ago by the Cabinet of a draft law which would grant citizenship to expatriates with a Lebanese father or grandfather, even if they themselves had not been born in the country, has further frustrated campaigners.
Lina Abou Habib, executive director of the Collective for Research and Training on Development-Action, a Beirut-based regional gender equality center, which is spearheading the nationality campaign, said that Thursday’s event “was prompted by this shameful decision by Cabinet.”
“We are protesting against these clearly sexist and patriarchal policies and the complete exclusion of women from everything,” she said.
The crowd was comprised of men and women of all ages, and included the actress Carmen Lebbos, who told The Daily Star she was not confident of change any time soon.
Omar Abi Azar, a theater director, was there as he believes, “It is a completely absurd law and it’s more than discriminatory. It’s saying that women are not equal to human beings.”
He said the law is a symptom of the political system, which, he added, needs an entire overhaul.
“The Arab region is living through a turning point right now. But whereas the absurdities of the system were much more flagrant in, say, Egypt or Syria, here in Lebanon we have been taught that they are just an inevitable part of the system. So it will take longer here to overcome them.”
Born in Lebanon to a Lebanese mother, 10-year-old Lynn Hornig attended the protest with her American father Thomas Hornig.
“Here today I feel 50 percent American and 50 percent Lebanese. But normally when someone asks me about my nationality I just say that I was born here but I am American. It’s easier now than when I was younger, but it’s still hard,” she said.
“I was born here, my school is here and my friends are here,” she added, holding a banner which read “She gave me life, give me her nationality.”
Her father, who has lived in Lebanon for nearly 20 years and teaches at the National Conservatory of Music, said, “She is being denied her rights by the government. It’s an issue of assimilation. She has lots and lots of friends at school, but she does not feel 100 percent Lebanese.”
Talking about change is no longer enough for Hornig. “Today is about believing that a better Lebanon is possible, and we feel it’s about time ... I don’t believe in defeat ... What kind of message are they giving to young people like my daughter? We don’t want you here in our country?”
An ambulance was also present at Thursday’s protest, giving people the opportunity to donate blood, a symbolic gesture emphasizing that Lebanese men and women are the same, and thus should be granted equal rights. Blood was donated to the medical charities Secours Populaire and the Amel Association.

December 29, 2011

The Daily Star - Union of Driving Schools opposes draft traffic law, December 29th 2011

BEIRUT: The Union of Driving Schools voiced its opposition Wednesday to the draft traffic law currently being discussed by parliamentary committees at a news conference at UNESCO Palace.
The head of the union, Hussein Ghandour, said the union found serious gaps in the draft law and proposed several solutions.
Ghandour called for organizing, numbering and naming roads, as well as improving their conditions as poor road conditions are the main reason for road accidents.
He also asked that driving schools work to improve their operations in coordination with the union and the Interior Ministry and asked that roadworthiness tests (mecanique) be provided by the public sector instead of private companies.